M. Baccar a indiqué que ce régime vise à rapprocher les services sanitaires du citoyen, à ancrer des relations contractuelles entre la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) et les prestataires de services sanitaires privés et la maîtrise des dépenses de santé.

Il a fait remarquer que la Cnam n’intervient pas au niveau des médicaments prescrits par le médecin au patient, ajoutant qu’elle se base, en matière de remboursement des frais, sur une liste de prix de référence pour les médicaments génériques, l’objectif étant de fournir aux Tunisiens des prestations sanitaires de qualité aux moindres coûts.

M. Baccar devait visiter le cyberparc, à Monastir, lequel emploie bon nombre de diplômés du supérieur et s’est informé de l’activité du centre de formation d’habillement créé par l’Union régionale de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, dans le but de former les diplômés du supérieur dans des secteurs qui répondent mieux aux demandes du marché de l’emploi.

Source: La Presse