Ce village perché est le produit d’une «dialectique entre un milieu et une société». C’est une nature sculptée par les milieux naturels et domestiquée par l’homme.
Très connue pour ses vergers d’arbres fruitiers, avec des milliers d’arbres divers (dont plus de 13 variétés de figuiers), Djebba est aussi fière de son parc naturel, qui fait l’objet d’un projet d’aménagement.
Les travaux vont bon train. Aujourd’hui on se prépare à en entamer la deuxième phase. En effet, tous les travaux de maintenance ont été effectués, ceux du centre de loisirs sont achevés. Prochainement, on procédera au revêtement de la route menant au théâtre de plein air et à l’éclairage. Le cimentage du pourtour du centre de loisirs et l’installation de plusieurs dizaines de parasols sont prévus pour bientôt. Une association devrait aussi voir le jour prochainement, elle se chargera de la protection de l’environnement et de la gestion du parc.
Djebba, une escale importante et obligatoire dans tout circuit touristique traversant la région. Ce jardin perché est un cadre idéal pour des randonnées, sur le  chemin du retour, après la visite de Dougga. Le projet du parc naturel aidera à la création de petits métiers et à la promotion d’activités artisanales jalousement gardées par les habitants.
Zouaraâ, Dougga et Djebba sont des relais importants, dans le cadre d’un circuit de tourisme de santé que la région prépare.
Ridha BAHLOUS

Source: La Presse