Parfois, ils se plaignent que l’administration de l’école les sollicite pour un oui ou pour un non.
Et pourtant, l’enfant se doit de plaire à ses parents en ramenant un bulletin trimestriel avec des notes bien au-dessus de la moyenne.
Que fait-il, à part ses devoirs, pour réussir?
Que font les parents, à part s’assurer qu’il a bien fait ses devoirs, pour l’aider à réussir?
Qui est censé gérer les terrains glissants de l’adolescence? L’école ou la famille?
Chacune des institutions a sa part de responsabilité.
Un échange d’informations s’avère donc indispensable.
Mais par quel moyen vont-elles communiquer?
À l’ère des nouvelles technologies, la solution existe, il suffit d’y penser.
Quelqu’un s’est basé sur le concept de l’école communicante et a eu l’idée de créer un site web. Il s’agit de M. Ali Khaladi, le directeur du collège Louis-Braille de Tunis.
L’originalité de l’expérience a valu le déplacement.


Le soleil des premières journées de 2006 caresse les murs du collège Louis-Braille.
Il y a de la verdure qui dégage de partout une odeur de printemps…
Les gestionnaires de ce collège ont le sens de l’écologie.
La désignation des classes le confirme. Dans ce collège, les septièmes années portent des noms de fleur. Les huitièmes portent des noms de fruit et les neuvièmes ceux d’arbres forestiers.
«C’est juste une manière d’éviter aux élèves toute classification», avoue le directeur du collège.
En allant vers le bureau de la direction, une vitrine attire notre attention : on y expose des photos en sépia des écoles anciennes de Tunis, telles que El Achouria, Bir Lahjar, Ezzitouna, Sadiki, etc. «Ce sont les élèves du club photo du collège qui les ont réalisées», nous informe Si Ali.
Remarquant notre curiosité, le directeur nous emmène voir aussi l’exposition de quelques matériaux scolaires comme les encriers et les plumes, et leur support en vieux bois.
Ah le bon vieux temps où il fallait tremper le tablier dans du lait pendant toute une nuit pour détacher l’encre !
Nos parents à nous en avaient de ces astuces.
La visite continue, et nous découvrons que les salles de classe portent chacune le nom d’une ancienne école représentée par une photo. Une leçon d’histoire que les élèves ne risquent pas d’oublier.
Arrivés au bureau, Si Ali nous informe que le site web www.eplb.org existe déjà depuis deux ans.
Il est réactualisé et mis à jour d’une manière régulière.
C’est un service que le collège rend aux parents et aux élèves.
Le site comporte le programme et l’emploi du temps, le calcul de la moyenne, le contenu de la bibliothèque: des données organisées par classe et par matière. Une page est consacrée aux photos des enseignants, et il y a un espace parents où ces derniers peuvent accéder à la fiche disciplinaire de son enfant, à sa fiche d’assiduité et à son carnet de notes.
Ainsi, et à travers le Net, les parents peuvent s’enquérir de l’évolution scolaire de leurs enfants sans effort de déplacement.
Au bureau comme à la maison, ils peuvent taper l’adresse du site et trouver des réponses à leurs questions.
Un autre espace est réservé aux emplois du temps des professeurs, pour servir aux inspecteurs qui projettent une visite.
Ce site rend finalement service à tout le monde.
«Nous l’avons voulu interactif», affirme l’initiateur du site web.
La préoccupation de ce dernier était de rapprocher l’établissement scolaire de la famille et d’impliquer les parents dans l’acte éducatif.
Mais son rêve possible de l’école communicante ne s’arrête pas là. Si Ali projette de créer une «alerte SMS» pour toutes sortes d’imprévus.
«C’est pour pouvoir contacter les parents en cas d’urgence, pour une absence régulière ou un accident».
L’expérience du site web fait déjà tache d’huile. D’autres institutions suivent l’exemple.
Le directeur du collège Louis-Braille ne finira certainement pas de développer ce concept de l’école communicante. Cette libre initiative ne peut que rendre les années collège encore plus agréables à vivre.

Souad BEN SLIMANE

Source: La Presse