Le consul général de France à Tunis a tenu d’abord à rappeler les dernières statistiques établies par le consulat en 2004, qui font apparaître que 20.000 Français vivent en Tunisie. «Ils sont bien intégrés dans la vie tunisienne et ils représentent un excellent pont d’enrichissement de la relation entre les deux pays», a-t-il déclaré.
Concernant la délivrance des titres de séjour, la France, pour des raisons historiques et de proximité géographique, est  le pays le plus sollicité par les Tunisiens en matière de  demandes de visas. Ainsi, en 2004, 90.742 demandes (contre 86.749 en 2003) de visas ont été déposées, dont 72.201 ont été accordées et 18.541 refusées, soit 20,8%.
Le taux de délivrance de visas semble avoir été sensiblement amélioré et il se situerait actuellement dans un rapport de 4 visas accordés sur 5 demandés.
Quant aux visas pour étudiants, ils ont été de l’ordre de 2.153 en 2004 (contre 2.280 en 2003).
Enfin, concernant les demandes particulières, au titre du regroupement familial, des visas de conjoints ou pour soins médicaux, M. Yves Brunner souligne que ce dossier est traité avec un esprit positif et que ces demandes particulières de visa ont obtenu satisfaction dans la grande majorité des cas.
Il est à  rappeler que l’OMI sera transformé prochainement en Agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrations (Anaem).
Répondant aux questions des journalistes, le consul général de France a annoncé la mise en place d’un serveur vocal (88.40.80.08), permettant aux demandeurs de visas de prendre un rendez-vous dans un délai inférieur à une semaine. Ce nouveau système offre plusieurs avantages : toute personne ayant fixé d’avance un rendez-vous est assurée d’être reçue. Tout étant organisé d’avance, il n’y aura plus donc de perte de temps.
Les services consulaires peuvent accueillir plus de 400 demandes par jour. Bien entendu, c’est durant la période estivale que les demandes de visas connaissent une forte affluence. En effet, au mois de juin 2004, plus de 10.000 demandes ont été enregistrées.
Interrogé sur les motifs du refus, le consul général de France précise que pour les séjours de courte durée, son pays se réserve le droit de ne pas justifier le rejet de la demande qui est, en revanche, motivée lorsqu’il s’agit d’un séjour de longue durée.
Bien entendu, les demandes refusées peuvent être réexaminées, mais, dit-on au consulat général de France à Tunis, d’une manière générale, toute demande qui répond aux critères établis, est assurée d’avoir une réponse positive : «Les services consulaires français restent animés d’une volonté d’intégrer cet aspect important des échanges entre les deux pays dans le cadre d’une relation basée sur la proximité et la confiance réciproque», souligne M. Christian Bernard tout en rappelant que son pays opte pour une politique d’immigration co-choisie et partagée. Il se félicite que la communauté tunisienne vivant en France représente les étrangers les mieux intégrés dans son pays.
M. M’BAREK

Source: La Presse